ANNEE 2015-2016

Septembre/Décembre 2015

Mercredi 14 octobre 2015, les élèves de la section arts plastiques ont rencontré l’artiste Lorena Zilleruelo. Cette artiste née en 1974 au Chili, vit en France depuis l’âge de 18 ans. Ayant grandi sous la dictature Chilienne d’Augusto Pinochet, Lorena Zilleruelo ne cesse dans son travail artistique de raviver une mémoire populaire opprimée par le pouvoir politique.

En septembre, lors de la visite du FRAC Nord Pas-de-Calais à Dunkerque, les élèves ont découvert l’œuvre Elan et Elégie, réalisée en 2009, une œuvre participative qui implique physiquement le spectateur.  

L’œuvre est une installation vidéo de très grand format où les acteurs rejouent  une  œuvre picturale  de  Giuseppe  Pellizza  da  Volpedo, Il  quarto stato, réalisée vers 1895, Le spectateur est confronté à l’image d’une foule de travailleurs en mouvement qui avance vers lui. Des capteurs de mouvement identifient les déplacements du public et agissent sur le déroulé de la vidéo. Grâce à ce dispositif, les acteurs semblent calquer leurs mouvements sur ceux du spectateur.

Il quarto stato, 1895, Guiseppe Pellizza da Volpedo.
Il quarto stato, 1895, Guiseppe Pellizza da Volpedo.

Faire connaissance avec l’artiste fut pour certains élèves l’occasion d’échanger sur son œuvre, la "fabrique" de l’œuvre, interroger sa démarche artistique. D'autres, curieux aussi  de connaître son regard  sur l'actualité en France, ont questionné Lorena sur le rôle d'un artiste engagé,

Quelques extraits vidéos ....

Le mouvement, l'interactivité avec le spectateur sont les éléments moteurs de l’œuvre....

Pourquoi réactiver la mémoire?

Le contexte historique est-il nécessaire à la compréhension de l’œuvre?

Pourquoi partir d'une histoire personnelle pour une œuvre universelle?

Une œuvre qui questionne l'engagement du spectateur...

Et la liberté d'expression, aujourd'hui en France....

Les élèves de la section arts plastiques élaborent  la conception d’un outil de médiation numérique sur l'oeuvre de Lorena Zilleruello, et qui sera diffusé sur le web. Nous avons quelques semaines pour mettre en forme le contenu du site. Le 8 décembre, nous allons enregistrer les podcasts à Tourcoing.

 

L' aboutissement de ce projet a nécessité un temps de collaboration sur plusieurs mois: les pistes de réflexion dégagées depuis la visite du Frac et la rencontre avec l'artiste ont été développées par les élèves lors des ateliers au lycée avec l’aide de Valérie Swain, médiatrice au Frac, Lucie Ménard et Pierre George, médiatrice et ingénieur son au Fresnoy  de Tourcoing. Le 8 décembre, nous nous sommes tous retrouvés au Fresnoy pour l'enregistrement des podcasts... 

Découvrez les séances de travail dans les studios du Fresnoy:

Pour découvrir cet outil numérique, voici le lien du site web: http://prendstonelan.fr/

 

Novembre 2015

L'association VillArt a organisé un colloque les 13 et 14 novembre 2015 à la Gare Maritime de Boulogne-sur-Mer: "l’ Art dans l’Espace Public pour changer la Perception de notre Territoire". L’idée de vivre la ville et le boulonnais autrement, par l'art est-elle possible? Les élèves de première et de terminale ont assisté à la conférence de Patrick BOUCHAIN, architecte et scénographe (Il a collaboré avec de grands artistes pour des projets in situ : Daniel Buren au Palais Royal, Ange Leccia, Jean-Luc Vilmouth...) ainsi qu'à la conférence de Simon Himpens (architecte charpentier) Kinya Maruyama (architecte japonais workshopper) et Freddy Bernard (designer). 

Plusieurs questions ont été abordées: comment le politique envisage-t-il la place de l'art dans l'espace public? L'art dans l'espace public est-il en accord avec le territoire, les lieux? Comment envisager l'art dans l'espace public avec des notions de bien vivre dans son environnement?...

Ce fut aussi pour les élèves l'occasion de proposer des productions plastiques exposées dans l'espace public, questionnant leur environnement, leur ville à partir de leur vécu.

Mars 2016

Les élèves ont réalisé des cabinets de curiosités. A partir d'objets récupérés, de dessins et croquis, de notices ou de carnets de voyage, les travaux occupent le couloir du lycée.

Les visiteurs pénètrent dans un lieu inattendu, où la fiction se mêle à la réalité. L'exposition n'est pas une reconstitution d'un cabinet du XVIIe siècle mais une réinterprétation contemporaine, une invitation à rêver, à laisser place à l'imaginaire. 

Cette année, nous avons rencontré dans le cadre du cours d’Arts Plastiques, Lorena Zilleruelo, une artiste chilienne, vivant à Paris. Nous avons eu la possibilité de la rencontrer à maintes reprises pour comprendre sa démarche artistique mais aussi pour réfléchir sur le monde qui nous entoure, sur des événements d’actualité. Artiste engagée, Lorena nous a amené à nous questionner sur notre propre engagement. Nos échanges nous ont fait prendre conscience de la nécessité d’écouter et de se faire entendre. Il est urgent de communiquer. Nous avons décidé de créer le Wificelle. Une action interactive où chacun est invité à tisser un réseau avec de simples bouts de ficelle. Des liens se créent, des discussions naissent, des opinions s’échangent, des idées se transmettent... Le Wificelle est à nos yeux un acte militant (bien modeste, mais c’est un début !!). Alors au lycée, lors de la journée portes ouvertes, nous mettons en marche le réseau… De ficelle en ficelle, nous parlons de Lorena, de nos rencontres et de notre envie de communiquer, de montrer que nous avons des opinions, et que nous voulons les faire évoluer, nous enrichir et les rattacher à un raisonnement (qui nous semble encore très fragile…). Beaucoup de personnes ont participé à cette action. Nous souhaitons voir le Wificelle se propager, naître dans différents endroits. Nous serions heureux de savoir qu’ailleurs, vous aussi, vous nouez des p’tits bouts de ficelle, échangez des opinions. Le Wificelle est un prétexte pour entendre et se faire entendre, communiquer et comprendre... C’est « un détonateur » à paroles! Si vous réalisez un Wificelle, pouvez-vous nous faire parvenir des traces photographiques de cette action? Envoyez-nous des photos de votre wificelle, vos remarques, vos suggestions à cette adresse : wificelle@orange.fr

Merci pour l'intérêt que vous porterez à notre démarche.

                                                            Les élèves plasticiens de terminale.